vendredi 8 avril 2016

Que des bonnes nouvelles ?

Ces deux derniers mois les bonnes nouvelles se sont accumulées pour les défenseurs des animaux. Le sujet de l'élevage est arrivé au coeur de l'actualité, et pour la première fois dans les média nationaux, la consommation de viande elle-même a été mise en question.

L'association L214 (que je soutiens et avec qui j'agis en tant que bénévole) a publié une vidéo sur un abattoir français, la troisième en six mois. L'impact médiatique et politique de ces vidéos est allé crescendo. À la première l'info est sortie sur les radios d'information (RTL, Inter, France Info) on parlait de "dérives" et le ministre a vaguement promis des mesures. À la deuxième on parlait de "scandales", l'info a été traitée par iTélé et BFM, et le ton a commencé à monter sur les bancs de l'assemblée nationale. À la troisième vidéo, ça s'est retrouvée au 20 heures de TF1 et France 2, et on a commencé à aborder le coeur du sujet, à savoir: faut-il continuer à consommer de la viande ? Brigitte Gothière et d'autres défenseurs des animaux ont multiplié les apparitions sur les plateaux télé pour faire passer ce message simple: la seule bête qui ne souffre pas, c'est celle qu'on ne tue pas. Simple, logique, et imparable. En face les well-faristes comme Jocelyne Porcher (chercheuse de l'INRA qui représente en gros les éleveurs soucieux du bien-être de leurs bêtes) ou les défenseurs décomplexés du carnisme comme Dominique Lestel (auteur d'une "Apologie du Carnivore") avaient bien du mal à paraître crédibles ou cohérents.

De plus, les deux vidéos les plus récentes ont été tournées dans des abattoirs de petite taille certifiés "Bio" et "Label Rouge" et tout ce qu'on veut. En bref il correspondaient en tout point au stéréotype de la viande "heureuse" et "de qualité" mis en avant pas les bo-bo pour justifier leur consommation de viande tout en condamnant l'élevage "industriel" dont le caractère "industriel" serait seul responsable du mauvais traitement des animaux.

Du côté de la presse écrite les articles se sont multipliés, on pourrait citer celui-ci dans Le Monde ("Manger de la viande ça demande trop de reniements de principes") ou encore dans Libération l'éditorial de Laurent Joffrin (Derrière la gastronomie, une cruauté de masse) ou la tribune de Florence Burgat (Portons un coup au plaisir carnivore).

Quant à Stéphane Le Foll, notre ministre de l'Agriculture pourtant prompt à pourfendre les végétariens (en prenant position contre le menu végétarien dans les cantines scolaires par exemple), le voilà qui annonce la création d'un nouveau délit de maltraitance des animaux après avoir promis la présence d'une personne responsable la protection animale (whatever it means...) au poste d'abattage de tous les abattoirs français. Les vétérinaires présents dans les abattoirs ont en effet pour habitude de se concentrer sur l'examen des animaux avant l'abattage (pour détecter les animaux malades) et sur la découpe après l'abattage (pour repérer d'éventuels problèmes d'hygiène). Autrement dit la qualité sanitaire de la viande est leur premier souci, et la souffrance des animaux arrive loin derrière dans l'ordre des priorités. Je n'écris pas cela pour les blâmer: le seul, le vrai responsable de tout ce bordel organisé, c'est le CONSOMMATEUR.

Par ailleurs les grandes chaînes de supermarché annoncent l'une après l'autre des gammes de produits végétariens et végétaliens destinés à remplacer la viande dans le panier de la ménagère de moins de cinquante ans.

Que de bonnes nouvelles donc ? Avant de faire péter le Champomi et de sortir les claquettes, les tutus et les frou-frous, respirons un grand coup.

La viande reste légale dans ce pays. Le gavage, la corrida également. En 2016 comme en 2015, plus d'un milliard d'animaux terrestres seront abattus en France, et vont agoniser sur une chaîne d'abattage, suspendus à un pied, égorgés et vidés de leur sang alors qu'ils sont encore vivants et parfois encore conscients. En 2016 comme en 2015 des millions de canards et d'oies vont être soumis au gavage, pratique cruelle s'il en est, interdite dans la plupart des pays européens. En 2016 comme en 2015 les enfants vont continuer à applaudir des fauves dans les cirques ou des orques dans les aquariums, animaux prélevés dans leur environnent naturel, et qui finissent par devenir fous à cause du confinement dans une minuscule prison. En 2016 comme en 2015, on continuera à acheter des millions de sacs et chaussures en cuir c'est à dire fabriqués avec la peau d'animaux morts, et parfois élevés uniquement pour leur peau ou leur fourrure. Alors même que les alternatives au cuir sont nombreuses et bon marché. En 2016 comme en 2015, les adolescents qui choisiront d'arrêter de consommer de la viande et du lait feront face à des réactions de peur, de rejet, d'hostilité dans leur propre famille et parmi leurs amis. En 2016 comme en 2015 dans l'immense majorité des restaurants scolaires et restaurants d'entreprise, on aura le choix entre viande et viande (ou éventuellement poisson ou oeufs), et trouver une assiette sans lardons ou sans miettes de thon au buffet des entrées relève de l'exploit. En 2016 comme en 2015 des publicités télé et des 4x3 dans toutes les villes vont continuer à marteler le même message: mangez de la viande, mangez des produits laitiers.

Le chemin à parcourir sera long avant d'atteindre l'éveil des consciences et de réels progrès dans nos relations avec les animaux. Réjouissons-nous de ces bonnes nouvelles mais restons lucides. Le jour où le nombre de véganes dépassera celui des électeurs d'extrême-droite dans ce pays, ce jour-là, je veux bien faire la fête, boire et danser toute la nuit avec un slip sur la tête. Mais ce jour est encore bien loin...

dimanche 21 février 2016

Risotto della Frigola

2016-02-21_11.25.11.jpg

C'est devenu une de nos recettes fétiches, celles qu'on fait toutes les semaines sans rien mesurer, ni le temps ni les quantités, dont on essaye sans cesse de nouvelles variantes. C'est un plat qui peut réjouir une table nombreuse mais on peut également le réchauffer ou le consommer froid ce qui en fait un classique de la lunch-box à emmener au bureau pour changer des tristes légumes bouillis à l'eau de la cantine. J'ai nommé le Risotto della Frigola.

Lire la suite

mercredi 27 janvier 2016

Les huit salopards

canard_gavage.jpg

Quentin Tarentino, grand amateur de clins d'oeils, me pardonnera je l'espère d'emprunter le titre de son film (que je n'ai pas encore vu) pour ce billet. Qui sont-ils, ces huit salopards ? Eh bien ce sont les députés soit-disant écologistes qui n'ont pas attendu que commence le débat sur la proposition de loi de Laurence Abeille (députée écologiste) pour sortir le fusil de chasse et tirer dans les pattes de leur collègue.

Lire la suite

samedi 21 novembre 2015

COP21 et végétarisme: lettre ouverte à François Hollande

Faute de pouvoir manifester le 29 novembre sur la place publique, que peut-on faire pour signifier aux décideurs politiques que le dérèglement climatique c'est une question vitale, et que la réduction de la consommation de viande est une des actions incontournables pour y remédier ? Peut-être peut-on écrire à nos dirigeants. Pas par courrier électronique (verba volat) mais sur papier, à l'ancienne.

Mon idée: suggérer à nos dirigeants d'adopter dès aujourd'hui de bonnes habitudes avec un repas végétarien sur quatre. C'est suffisamment peu pour être immédiatement réalisable, mais suffisant pour avoir un impact mesurable en terme de gas à effet de serre. Pour atteindre les objectifs que la France s'est fixée à elle-même en 2050 (moins 40 pourcent d'émissions) il faudrait plutôt faire 3 repas sur 4 sans viande, mais c'est déjà un bon début.

Lire la suite

mercredi 21 octobre 2015

J'aime la viande

Un beau texte signé Olive Gramain à lire jusqu'au bout, qui porte le titre surprenant: j'aime la viande.

Lire la suite

mardi 20 octobre 2015

Défi Wegan

eureka.png

L'hiver Approche

Lire la suite

mardi 6 octobre 2015

Toi aussi sauve des vies

Ils sont beaux. Ils sont habiles et intelligents. Ils sont joueurs. On adore les regarder. Qui ? Les dauphins, les orques, otaries et autres animaux marins.

Ce qu'on oublie, c'est qu'ils sont malheureux. Maintenus en captivité dans des volumes d'eau minuscules comparés à ce qu'ils ont connu en mer, ils sont à peu près aussi joyeux que les détenus de Fleury-Mérogis. Un certain nombre d'études ont clairement montré qu'ils développaient des symptômes dépressifs comparables à ceux des humains en captivité: troubles obsessionnels compulsifs, agressivité, aboulie, perte d'appétit, etc. Un indicateur qui ne saurait mentir: leur espérance de vie est réduite de moitié par rapport aux animaux sauvages ! Certes il y a des prédateurs (dont l'homme) et la vie n'est pas facile dans leur milieu naturel, mais cela reste infiniment préférable à la captivité.

Lire la suite

dimanche 20 septembre 2015

Est-ce vraiment surprenant ?

Etats-Unis : 100% des steaks hachés contiendraient des matières fécales

Lire la suite

mercredi 9 septembre 2015

Makis véganes

IMG_0775.JPG

Une touche de fantaisie et d'inspiration japonaise pour égayer la rentrée.

Lire la suite

Le meilleur petit déjeuner végane du monde

muesli_vegane.jpg

Salut mes poussins ! Comme vous l'avez remarqué, mes petits canards, je n'ai pas posté beaucoup de recettes de cuisine végétalienne dans ce blog. Pourtant j'aime bien faire la bouffe et je m'en sors pas trop mal d'après mon entourage. Mais il y a déjà tellement de blogs avec des recettes délicieuses assorties d'instructions précises et de jolies photos... Si je suis assez motivé pour mitonner un délicieux risotto aux asperges ou une somptueuse paëlla champignons-cajou-seitan-poivron-et j'en passe, je ne le suis peut-être pas assez pour réaliser d'aussi beaux articles sur la cuisine végane. Cela étant dit, voici une recette absolument inusable pour le petit déjeuner, le dessert ou le goûter. Non seulement elle est 100% végétale, mais elle est sans cuisson, et très robuste, c'est à dire qu'elle s'accomode facilement d'un ingrédient manquant. On peut facilement en concocter des variantes sans gluten ou sans soja pour les personnes ayant des allergies. Voici pour vous mes petits cochons d'amour, le muesli végane des champions olympiques !

Lire la suite

lundi 17 août 2015

Mais qui sont ces cons qui votent non ?

La question du jour: faut-il proposer, en option pour ceux qui le veulent, des menus végétariens dans les cantines scolaires ? Et la question subsidiaire: pourquoi y a-t-il autant d'abrutis qui votent "non" lorsqu'on leur pose la question ?

Lire la suite

vendredi 24 juillet 2015

Le régime "éco-végétarien" selon le Point

le_point_manger_intelligent.jpeg

L'hebdomadaire favori des beaux-pères bedonnants qui ont un confortable matelas de titres en Bourse, j'ai nommé Le Point, fait sa une sur Manger intelligent. Quel titre brillant: qui voudrait manger bête en effet ? (Vous aurez bien compris que "manger bête" c'est de l'humour au troisième degré, car plupart des animaux sauvages, dans leur milieu naturel, s'alimentent plus sainement qu'homo sapiens, en consommant sans excès des aliments adaptés à leur physiologie et à leur mode de vie).

Lire la suite

jeudi 2 juillet 2015

Le mot du jour: conditionnement

Petite séance de rigolade ce matin en parcourant d'un oeil distrait le petit guide de justification publiée sur le blog La Pilule Rouge qui recense une soixantaine d'arguments bidon avancés par les carnistes et la manière d'y répondre. Ce guide lui-même est plutôt bien fait, c'est la réponse d'un internaute qui m'a interpellé. Et qui me permet de démarrer une nouvelle série de billets intitulée "le mot du jour".

Lire la suite

mercredi 17 juin 2015

Pourquoi les véganes sont des gens super cool

Ce n'est pas moi qui le dit c'est Antigone XXI et comme elle l'explique fort bien je n'ai rien à ajouter.

Lire la suite

dimanche 31 mai 2015

La libération animale, et après ?

liberation_animale_3.jpg

Le centre des congrés de la Cité des Sciences hébergeait samedi 30 mai une conférence organisée par l'association L214 et les Cahiers antispécistes. Il est probable que des vidéos seront mises en ligne, mais comme j'ai pris des notes (et j'étais bien le seul dans tout l'amphi), pourquoi pas les partager avec vous ? Ces notes sont sans doute incomplètes et leur retranscription mêlera certaines réflexions personnelles au propos des auteurs, mais n'est-ce pas l'utilité d'un blog précisément, de pouvoir écrire ce qu'on a vu, senti, entendu et pensé en toute liberté et en assumant une part de subjectivité ?

Lire la suite

samedi 30 mai 2015

La Quiche de L'Ange

2015-05-30_10.09.26.jpg

Ce matin, tout en sirotant une tasse de café en pyjama dans la cuisine, j'ouvre le frigo pour fair le point sur les stocks avant d'aller au ravitau. C'est pas brillant-brillant. En fait ça ressemble un peu aux rayons de l'épicerie que j'avais vu à Cracovie en 1988, un an avant la chute du Mur de la honte à Berlin: beaucoup de vide et trois légumes qui se battent en duel dans un coin. Je sors tout ce qui reste et je pose sur le plan de travail:

  • Un reste de légumes cuits vapeur (carottes, brocolis, patates)
  • Du tofu soyeux (150 ou 200 grammes peut-être)
  • Une demi-bouteille de purée de tomates bio
  • Un fond de bouteille de lait d'amandes
  • Une pâte feuilletée toute faite (sans beurre)
  • Un demi chou blanc

Lire la suite

jeudi 28 mai 2015

Max et les cinq vaches

mad_max_fury_road.jpg

Nous avons vu deux spectacles cette semaine, tous les deux anti-spécistes, chacun à sa façon. Quoi de commun entre un film d'action à gros budget de George Miller et une pièce de théâtre donnée dans la toute petite salle de la rue des Déchargeurs ? A première vue, rien. Mais si l'on réfléchit aux motivations  des auteurs et au message qu'ils cherchent à faire passer, la folie meutrière du dernier Mad Max a presque tout en commun avec Peau de Vaches, la sympathique pièce comique de Céline Naissant. Ce que le réalistateur australien fait avec les images choc d'un road-movie sauvage et complètement déjanté dans un monde dévasté, l'auteure française le fait avec l'humour, en jouant avec les mots et en déconstruisant les stéréotypes spécistes du langage.

Lire la suite

vendredi 15 mai 2015

Peau de vaches

peau_de_vaches.jpeg

Peau de vaches, c'est le titre d'une pièce de théâtre écrite et mis en scène par Céline Naissant qui sera donnée prochainement au théâtre des déchargeurs à Paris. Comme le titre l'indique les héroïnes, quoi qu'incarnées par des actrices bipèdes, sont de sympathiques bovidés qui bavardent dans une salle d'attente et vont deviner progressivement le sort cruel qui les attend.

Lire la suite

mercredi 13 mai 2015

La soupe de lentilles béluga

Recette vegan, super simple à faire et délicieuse (en plus, c'est glut' free! ;) )

Lire la suite

Les petits hommes verts

Coucou ! Ça commençait à faire longtemps que je n'avais rien publié, puis je suis tombée sur cette petite histoire dans Le cri de la carotte de Sandrine Delorme, qui l'avait elle-même trouvée sur l'excellent blog d'insolenteveggie, et je me voulais la faire partager. Le titre original était "la condition animale expliquée aux enfants". Sur ce, bonne lecture !

Lire la suite

- page 1 de 3

Haut de page