mercredi 7 septembre 2016

Lettre ouverte à Bernard Galtier

Un certain Bernard Galtier, illustre inconnu et qui ferait bien de le rester, a cru bon d'adresser une "lettre ouverte" dans je ne sais quel magazine adressé "à Brigitte Bardot, et aux végétariens et végans et autres communautés sectaires".

Dès le titre je me sens à l'aise: un mec qui commence à te parler en t'insultant, ça fait toujours plaisir. C'est comme si j'écrivais à mon député un email qui commencerait par "Espèce de connard sectaire": croyez-vous qu'il sera tenté de considérer sérieusement et calmement le fond de mon propos ? Mais voyons plutôt le contenu de cette "lettre".

tribune_libre.jpg

Certes il faut de la bienveillance envers les animaux

Jusque-là tout le monde est d'accord.

Mais tuer un animal est un acte difficile à réaliser pour le commun des mortels.

Encore d'accord. Et c'est là que ça dérape:

Ceux qui exécutent ces sales besognes pour la communauté nationale méritent le respect...

Donc il faudrait continuer à bouffer du jambon par respect pour les salariés des abattoirs ? À vrai dire c'est l'inverse pour moi: l'une de mes motivations personnelles pour boycotter la viande est que je trouve qu'égorger des porcs ou des poulets à la chaîne est un boulot inhumain et dégradant, et qu'obliger des personnes moins diplômées que moi à faire le sale boulot est une énorme lâcheté. En étant végétarien, on épargne de la souffrance aux animaux, mais aussi aux hommes chargés de la "sale besogne".

Un autre syllogisme ?

Alors me direz-vous "Arrêtez de manger de la viande" vous le dites maintenant mais le faisiez-vous dans votre jeunesse, avec vos copains ?

Donc sous prétexte qu'avant on n'en avait rien à foutre, on n'a pas le droit de changer d'avis. Avec des conseilleurs aussi brillants, aussi progressistes, on n'aurait jamais aboli l'esclavage ni la peine de mort (pour les humains, car pour les animaux ils sont toujours en vigueur hélas). On n'aurais jamais donné le droit de vote aux femmes non plus !

Et maintenant, vous reprendrez bien une petite dose d'insultes ?

Il règne actuellement sur notre pays un vent de folie où des séniors repentis entraînent sur des chemins dangereux des juniors écervelés...

Ensuite un argument classique mais parfaitement faux: la préservation des espèces.

C'est grâce aux corridas que les taureaux d'Andalousie doivent leur survie.

(Les fautes de syntaxes sont offertes en prime au lecteur). Bien sûr cet argument est bidon: les véganes entretiennent et financent des Refuges pour animaux sauvés des élevages: poulets, cochons, vaches, moutons. Dans ces refuges, les animaux peuvent vivre paisiblement et en harmonie avec l'homme. En supposant que l'élevage ait totalement disparu, et ce n'est pas demain la veille, qu'est-ce qui empêcherait de maintenir des fermes d'agrément pour les touristes ou les promeneurs avec des ânes, des cochons, des dindons, des chèvres, des canards ? Pas besoin de tuer un animal et de vendre sa chair pour qu'il existe. Nous ne mangeons pas les chats et chiens, nous ne les faisons pas travailler, et pourtant ils sont nombreux.

Notons que certains espèces comme les poulets de chair à croissance rapide sont tellement trafiquées génétiquement qu'elles sont peu aptes à la survie: ce sont véritablement des monstres, des pauvres créatures issues de laboratoires, condamnées à la souffrance parce que certaines caractéristiques génétiques ont été poussées au maximum (la croissance du muscle dans le cas de ces poulets). Ces espèces totalement artificielles et monstrueuses, il vaudrait mieux qu'elles disparaissent, en effet. Par compassion.

Ensuite un argument classique mais faux:

Parce que nous mangeons de la viande et du fromage, que nous portons du cuir (...) il subsiste un agriculture qui entretient le paysage en France. (...) Sans les éleveurs une grande partie de notre territoire serait en friche

Parce que bien entendu la ferme des mille vaches et les élevages industriels avec 20.000 cochons (et une fosse à lisier de 70.000 mètres cubes) ou 100.000 poulets entretiennent le paysage ! Ces installations industrielles ne posent AU-CUN problème pour l'environnement ! Pas de nitrates, pas de CO2 ni de méthane, pas de pollution, pas de déforestation au Brésil pour produire le soja OGM qui nourrit les bêtes. Non, rien de tout ça. Juste des mignons petits cochons qui entretiennent le paysage, c'est à dire qui taillent les haies en tenant les ciseaux avec leurs petites pattes.

Bien sûr on pourrait entretenir le paysage sans bouffer les animaux. Même en ville, certains emploient des moutons ou des chèvres pour entretenir les pelouses. C'est plus écolo qu'une tondeuse au gasoil, certainement, Et ça ne nécessite nullement d'envoyer les animaux à l'abattoir.

C'est vrai que mettre fin à l'exploitation animale serait une révolution qui aurait des conséquences importantes sur la société, l'économie, l'agriculture, et les écosystèmes. Ces conséquences sont envisagées dans un livre comme Zoopolis de Sue Donaldson et Will Kimlicka. Autant le dire, leur réflexion va beaucoup plus loin que cette "lettre ouverte" qui a dû être rédigé entre deux pastis.

On a droit bien sûr au fameux cri de la carotte", un argument classique qui mérite bien un point carotte:

Les végétaux aussi méritent notre compassion

Et en guise de bouquet final, cette magnifique apostrophe:

Restons sérieux et mesurons nos propos tout en sachant que nourrir la population en croissance exponentielle reste un défi pour les années à venir.

Donc si vous avez bien compris, mes petits lapins: manger 86 kilos de bidoche par Français et par an c'est très bien et ce n'est pas du tout un problème pour l'environnement. Et pour relever le "défi" de la surpopulation humaine, bien sûr le plus important c'est que les végétariens ferment leur gueule et laissent les autres profiter tranquillement de leur steak au bacon.

Bref, ici comme ailleurs c'est toujours la même pauvreté argumentaire qu'on retrouve.

Mais puisque tu t'adresse à moi dans ta lettre ouverte, Monsieur Bernard Galtier, je peux aussi bien te répondre: je suis un mec tout à fait sérieux, marié, père de famille, adulte et responsable. Non ce n'est pas un "vent de folie" qui m'a poussé à remettre en cause mes habitudes, c'est plutôt la raison. J'ai simplement ouvert les yeux et pris mes responsabilités. Et toi aussi mon bonhomme, le jour où tu en auras marre de recourir à des faux-fuyants et des arguments de mauvaise foi, tu changeras peut-être tes habitudes. En ce début de XXIè siècle, avec les progrès de la diététique, de l'éthologie animale, de la science climatique, nous savons avec certitude manger des animaux ce n'est pas nécessaire pour être en bonne santé, c'est immoral et c'est très mauvais pour l'environnement. Sachant cela, la seule "folie" serait de continuer à se goinfrer de chair animale.

vendredi 8 avril 2016

Que des bonnes nouvelles ?

Ces deux derniers mois les bonnes nouvelles se sont accumulées pour les défenseurs des animaux. Le sujet de l'élevage est arrivé au coeur de l'actualité, et pour la première fois dans les média nationaux, la consommation de viande elle-même a été mise en question.

Lire la suite

dimanche 21 février 2016

Risotto della Frigola

2016-02-21_11.25.11.jpg

C'est devenu une de nos recettes fétiches, celles qu'on fait toutes les semaines sans rien mesurer, ni le temps ni les quantités, dont on essaye sans cesse de nouvelles variantes. C'est un plat qui peut réjouir une table nombreuse mais on peut également le réchauffer ou le consommer froid ce qui en fait un classique de la lunch-box à emmener au bureau pour changer des tristes légumes bouillis à l'eau de la cantine. J'ai nommé le Risotto della Frigola.

Lire la suite

mercredi 27 janvier 2016

Les huit salopards

canard_gavage.jpg

Quentin Tarentino, grand amateur de clins d'oeils, me pardonnera je l'espère d'emprunter le titre de son film (que je n'ai pas encore vu) pour ce billet. Qui sont-ils, ces huit salopards ? Eh bien ce sont les députés soit-disant écologistes qui n'ont pas attendu que commence le débat sur la proposition de loi de Laurence Abeille (députée écologiste) pour sortir le fusil de chasse et tirer dans les pattes de leur collègue.

Lire la suite

samedi 21 novembre 2015

COP21 et végétarisme: lettre ouverte à François Hollande

Faute de pouvoir manifester le 29 novembre sur la place publique, que peut-on faire pour signifier aux décideurs politiques que le dérèglement climatique c'est une question vitale, et que la réduction de la consommation de viande est une des actions incontournables pour y remédier ? Peut-être peut-on écrire à nos dirigeants. Pas par courrier électronique (verba volat) mais sur papier, à l'ancienne.

Mon idée: suggérer à nos dirigeants d'adopter dès aujourd'hui de bonnes habitudes avec un repas végétarien sur quatre. C'est suffisamment peu pour être immédiatement réalisable, mais suffisant pour avoir un impact mesurable en terme de gas à effet de serre. Pour atteindre les objectifs que la France s'est fixée à elle-même en 2050 (moins 40 pourcent d'émissions) il faudrait plutôt faire 3 repas sur 4 sans viande, mais c'est déjà un bon début.

Lire la suite

mercredi 21 octobre 2015

J'aime la viande

Un beau texte signé Olive Gramain à lire jusqu'au bout, qui porte le titre surprenant: j'aime la viande.

Lire la suite

mardi 20 octobre 2015

Défi Wegan

eureka.png

L'hiver Approche

Lire la suite

mardi 6 octobre 2015

Toi aussi sauve des vies

Ils sont beaux. Ils sont habiles et intelligents. Ils sont joueurs. On adore les regarder. Qui ? Les dauphins, les orques, otaries et autres animaux marins.

Ce qu'on oublie, c'est qu'ils sont malheureux. Maintenus en captivité dans des volumes d'eau minuscules comparés à ce qu'ils ont connu en mer, ils sont à peu près aussi joyeux que les détenus de Fleury-Mérogis. Un certain nombre d'études ont clairement montré qu'ils développaient des symptômes dépressifs comparables à ceux des humains en captivité: troubles obsessionnels compulsifs, agressivité, aboulie, perte d'appétit, etc. Un indicateur qui ne saurait mentir: leur espérance de vie est réduite de moitié par rapport aux animaux sauvages ! Certes il y a des prédateurs (dont l'homme) et la vie n'est pas facile dans leur milieu naturel, mais cela reste infiniment préférable à la captivité.

Lire la suite

dimanche 20 septembre 2015

Est-ce vraiment surprenant ?

Etats-Unis : 100% des steaks hachés contiendraient des matières fécales

Lire la suite

mercredi 9 septembre 2015

Makis véganes

IMG_0775.JPG

Une touche de fantaisie et d'inspiration japonaise pour égayer la rentrée.

Lire la suite

Le meilleur petit déjeuner végane du monde

muesli_vegane.jpg

Salut mes poussins ! Comme vous l'avez remarqué, mes petits canards, je n'ai pas posté beaucoup de recettes de cuisine végétalienne dans ce blog. Pourtant j'aime bien faire la bouffe et je m'en sors pas trop mal d'après mon entourage. Mais il y a déjà tellement de blogs avec des recettes délicieuses assorties d'instructions précises et de jolies photos... Si je suis assez motivé pour mitonner un délicieux risotto aux asperges ou une somptueuse paëlla champignons-cajou-seitan-poivron-et j'en passe, je ne le suis peut-être pas assez pour réaliser d'aussi beaux articles sur la cuisine végane. Cela étant dit, voici une recette absolument inusable pour le petit déjeuner, le dessert ou le goûter. Non seulement elle est 100% végétale, mais elle est sans cuisson, et très robuste, c'est à dire qu'elle s'accomode facilement d'un ingrédient manquant. On peut facilement en concocter des variantes sans gluten ou sans soja pour les personnes ayant des allergies. Voici pour vous mes petits cochons d'amour, le muesli végane des champions olympiques !

Lire la suite

lundi 17 août 2015

Mais qui sont ces cons qui votent non ?

La question du jour: faut-il proposer, en option pour ceux qui le veulent, des menus végétariens dans les cantines scolaires ? Et la question subsidiaire: pourquoi y a-t-il autant d'abrutis qui votent "non" lorsqu'on leur pose la question ?

Lire la suite

vendredi 24 juillet 2015

Le régime "éco-végétarien" selon le Point

le_point_manger_intelligent.jpeg

L'hebdomadaire favori des beaux-pères bedonnants qui ont un confortable matelas de titres en Bourse, j'ai nommé Le Point, fait sa une sur Manger intelligent. Quel titre brillant: qui voudrait manger bête en effet ? (Vous aurez bien compris que "manger bête" c'est de l'humour au troisième degré, car plupart des animaux sauvages, dans leur milieu naturel, s'alimentent plus sainement qu'homo sapiens, en consommant sans excès des aliments adaptés à leur physiologie et à leur mode de vie).

Lire la suite

jeudi 2 juillet 2015

Le mot du jour: conditionnement

Petite séance de rigolade ce matin en parcourant d'un oeil distrait le petit guide de justification publiée sur le blog La Pilule Rouge qui recense une soixantaine d'arguments bidon avancés par les carnistes et la manière d'y répondre. Ce guide lui-même est plutôt bien fait, c'est la réponse d'un internaute qui m'a interpellé. Et qui me permet de démarrer une nouvelle série de billets intitulée "le mot du jour".

Lire la suite

mercredi 17 juin 2015

Pourquoi les véganes sont des gens super cool

Ce n'est pas moi qui le dit c'est Antigone XXI et comme elle l'explique fort bien je n'ai rien à ajouter.

Lire la suite

dimanche 31 mai 2015

La libération animale, et après ?

liberation_animale_3.jpg

Le centre des congrés de la Cité des Sciences hébergeait samedi 30 mai une conférence organisée par l'association L214 et les Cahiers antispécistes. Il est probable que des vidéos seront mises en ligne, mais comme j'ai pris des notes (et j'étais bien le seul dans tout l'amphi), pourquoi pas les partager avec vous ? Ces notes sont sans doute incomplètes et leur retranscription mêlera certaines réflexions personnelles au propos des auteurs, mais n'est-ce pas l'utilité d'un blog précisément, de pouvoir écrire ce qu'on a vu, senti, entendu et pensé en toute liberté et en assumant une part de subjectivité ?

Lire la suite

samedi 30 mai 2015

La Quiche de L'Ange

2015-05-30_10.09.26.jpg

Ce matin, tout en sirotant une tasse de café en pyjama dans la cuisine, j'ouvre le frigo pour fair le point sur les stocks avant d'aller au ravitau. C'est pas brillant-brillant. En fait ça ressemble un peu aux rayons de l'épicerie que j'avais vu à Cracovie en 1988, un an avant la chute du Mur de la honte à Berlin: beaucoup de vide et trois légumes qui se battent en duel dans un coin. Je sors tout ce qui reste et je pose sur le plan de travail:

  • Un reste de légumes cuits vapeur (carottes, brocolis, patates)
  • Du tofu soyeux (150 ou 200 grammes peut-être)
  • Une demi-bouteille de purée de tomates bio
  • Un fond de bouteille de lait d'amandes
  • Une pâte feuilletée toute faite (sans beurre)
  • Un demi chou blanc

Lire la suite

jeudi 28 mai 2015

Max et les cinq vaches

mad_max_fury_road.jpg

Nous avons vu deux spectacles cette semaine, tous les deux anti-spécistes, chacun à sa façon. Quoi de commun entre un film d'action à gros budget de George Miller et une pièce de théâtre donnée dans la toute petite salle de la rue des Déchargeurs ? A première vue, rien. Mais si l'on réfléchit aux motivations  des auteurs et au message qu'ils cherchent à faire passer, la folie meutrière du dernier Mad Max a presque tout en commun avec Peau de Vaches, la sympathique pièce comique de Céline Naissant. Ce que le réalistateur australien fait avec les images choc d'un road-movie sauvage et complètement déjanté dans un monde dévasté, l'auteure française le fait avec l'humour, en jouant avec les mots et en déconstruisant les stéréotypes spécistes du langage.

Lire la suite

vendredi 15 mai 2015

Peau de vaches

peau_de_vaches.jpeg

Peau de vaches, c'est le titre d'une pièce de théâtre écrite et mis en scène par Céline Naissant qui sera donnée prochainement au théâtre des déchargeurs à Paris. Comme le titre l'indique les héroïnes, quoi qu'incarnées par des actrices bipèdes, sont de sympathiques bovidés qui bavardent dans une salle d'attente et vont deviner progressivement le sort cruel qui les attend.

Lire la suite

mercredi 13 mai 2015

La soupe de lentilles béluga

Recette vegan, super simple à faire et délicieuse (en plus, c'est glut' free! ;) )

Lire la suite

- page 1 de 3

Haut de page